Stérilisation

Sterilization Process | Euronda Pro System

Le protocole de stérilisation dans le cabinet dentaire

Le processus de stérilisation vise à éliminer toutes les formes microbiennes vivantes (pathogènes et non pathogènes, y compris les spores et les champignons) des instruments utilisés.
La stérilisation des instruments chirurgicaux dans les cabinets médicaux et dentaires est effectuée à l’aide d’autoclaves à vapeur qui doivent être conformes à la norme EN 13060.

Les normes EN 29000 et UNI EN 556-1 définissent la stérilisation comme un processus spécial, car son efficacité ne peut être vérifiée au moyen d’inspections sur le produit fini. Le processus doit donc être validé avant son exécution, comme un protocole complet (commençant par la décontamination et se terminant par la remise en service de l’instrument reconditionné).

Cette définition souligne l’importance cruciale de chaque aspect du processus de stérilisation. Par conséquent, ainsi que dans le choix correct du cycle de l’autoclave, il est important que l’autoclave lui-même soit correctement chargé.

Autoclaves

Les stérilisateurs à vapeur, communément appelés autoclaves, sont des appareils utilisés dans les cabinets médicaux et les cliniques dentaires pour stériliser tous les instruments et matériaux employés dans le cadre de la pratique professionnelle. Dans les autoclaves, la stérilisation des instruments, des textiles et des dispositifs médicaux est assurée par une combinaison de pression, de température de la vapeur saturée et de temps d’exposition.

À l’heure actuelle, il existe trois types d’autoclaves de stérilisation sur le marché :

• les autoclaves de classe N qui ne peuvent stériliser que des produits solides non ensachés et ne permettent donc pas la stérilisation de textiles, de charges poreuses ou de corps creux ;
• les autoclaves de classe B qui permettent la stérilisation de matériaux poreux, d’instruments solides et de corps creux, tels que les pièces à main, les turbines et les canules, même ensachés ;
• les autoclaves de classe S qui garantissent la stérilisation des produits poreux et des instruments solides mais pas celle des corps creux, tels que les pièces à main et les turbines, ce qui les rend impropres à l’utilisation dans les cabinets dentaires.

Les autoclaves de classe B se distinguent par la capacité de leur pompe à vide de créer des « vides fractionnés » capables d’extraire l’air des cavités des instruments les plus petits, ce qui permet à la vapeur d’entrer en contact avec toute la surface intérieure de l’instrument et de le stériliser à la perfection.

Conseils utiles pour la stérilisation en autoclave des instruments chirurgicaux

• Ne pas superposer les enveloppes sur les plateaux ;
• Le papier de l’enveloppe doit être orienté vers le haut pour faciliter la pénétration de la vapeur et le séchage ;
• Ne stocker que les enveloppes sèches à la fin du cycle de stérilisation ; les instruments contenus dans des enveloppes humides ou ouvertes doivent être retraités.

Autoclaves Euronda Pro System

Les autoclaves Euronda Pro System offrent une efficacité et une facilité d’utilisation maximales, des technologies novatrices et un système de traçabilité complet, ayant pour objectif ultime une protection absolue des dentistes, des assistants et des patients.

Systèmes de traitement de l’eau

L’eau utilisée pour alimenter les autoclaves Euronda à l’intérieur du cabinet dentaire doit être déminéralisée, déionisée ou osmosée afin d’éviter des coûts de réparation et d’entretien onéreux dus à la présence de calcaire et d’incrustations.

Conseils utiles pour choisir le bon système de traitement de l’eau :

• Mesurer le niveau de conductivité de l’eau ;
• Définir le nombre d’autoclaves installés ;
• Calculer le nombre de cycles moyens effectués en un mois.

Dispositifs de traitement de l’eau

Euronda Pro System propose une gamme de dispositifs de traitement de l’eau différents en fonction de la valeur de conductivité de l’eau et du nombre d’autoclaves présents dans le cabinet médical ou dentaire.

Tests de contrôle

Un objet est considéré comme stérile si le NAS (niveau d’assurance de stérilité) est inférieur à 10-6, c’est-à-dire si la probabilité d’y trouver un micro-organisme est inférieure à 1 sur 1 million. Vu qu’il n’est pas possible de vérifier la stérilité en testant le produit traité, certains tests de contrôle et de fonctionnement sont effectués.
L’objectif de ces tests est de s’assurer que le processus de stérilisation est capable de garantir la parfaite stérilité des instruments dentaires. Les tests doivent être effectués systématiquement selon le protocole interne du cabinet.

Ils sont divisés en plusieurs catégories :

• Les tests de fonctionnement : ils s’effectuent avant d’utiliser l’autoclave pour s’assurer de son bon fonctionnement. À cette catégorie appartiennent : le test du vide, le test de Bowie & Dick et le test Helix.

• Les tests de contrôle de la stérilisation : ils sont placés dans l’autoclave avec la charge pour vérifier que le cycle répond aux paramètres requis. Il s’agit par exemple d’indicateurs de stérilisation chimiques, d’auto-évaluations du processus et de tests biologiques (bacillus stearothermophilus).

Conseils utiles*

Nous recommandons de procéder aux tests à la fréquence suivante :

• Chaque jour : test du vide (ou Vacuum Test) ;
• Chaque jour : test de pénétration de la vapeur dans des corps creux (Test Helix) et/ou poreux (Test de Bowie & Dick) ;
• À chaque cycle : test de vérification des paramètres du cycle ;
• Chaque mois : test de la bande de soudage (Euroseal Check Test).

* Il s’agit de lignes directrices générales, le responsable sanitaire du cabinet doit toujours se rapporter aux réglementations locales et nationales en vigueur.

Tests pour autoclaves

La gamme de produits Euronda Pro System comprend 3 tests de fonctionnement, conçus comme un complément parfait de l’utilisation quotidienne des autoclaves. L’objectif de ces tests est de vérifier l’efficacité opérationnelle de l’autoclave dans l’exécution des cycles B ou S.

Traçabilité et connectivité

Dans le cadre du processus de stérilisation, la traçabilité consiste à inclure dans l’histoire clinique du patient toutes les informations sur le parcours des instruments utilisés lors de l’intervention, afin de certifier que l’ensemble du processus de stérilisation des instruments s’est déroulé correctement. Les paramètres les plus couramment suivis sont : la date où le processus a eu lieu, l’appareil utilisé, le type de cycle effectué, le numéro de séquence, le résultat, les opérateurs impliqués et la date d’expiration prévue.

La traçabilité peut être mise en œuvre en mode informatisé ou manuel. Bien que simple et peu coûteuse, cette dernière est plus lente et plus difficile à gérer dans la phase de stockage et de traçabilité, c’est-à-dire dans la reconstitution du parcours de stérilisation effectué par l’instrument. La traçabilité informatisée est le processus idéal car elle permet de réduire considérablement le temps et l’espace physique nécessaires au stockage des registres et simplifie les opérations.

La traçabilité assure une double sécurité, tant pour les opérateurs que pour les patients. D’une part, la traçabilité constitue un « élément de preuve » pour le professionnel en cas de litige. De l’autre, elle est destinée à servir de « sceau de garantie » aux yeux des patients qui, face à une sensibilité accrue, ont besoin d’être rassurés sur la bonne exécution des étapes du processus de stérilisation.

Conseils utiles pour un protocole de stérilisation correct en dentisterie

• Créer un registre contenant les informations sur le matériel utilisé dans le processus de stérilisation, établissant le protocole interne du cabinet et indiquant les procédures qui seront adoptées ;
• Archiver sur la fiche du patient le résultat de la stérilisation des instruments utilisés pour l’intervention sur celui-ci ;
• Stocker sur le support de stockage (USB, PC) les données relatives au cycle de stérilisation des instruments utilisés sur le patient.

Systèmes de traçabilité

Euronda Pro System propose une gamme d’accessoires et un logiciel qui permettent l’enregistrement, le contrôle et le partage des données du cycle de travail à chaque étape du processus de stérilisation, que ce soit sur papier ou sur support numérique.

Top